La colocation source de rentabilité pour optimiser un investissement immobilier. Cela permet de générer davantage de rendement locatif et de faire face à une taxation plus avantageuse.

Un concept qui se développe de plus en plus. En effet, les études qui se rallongent, le pouvoir d’achat en chute libre, le manque de logement et la hausse des loyers ont permis à la colocation de se faire une place sur le marché de l’immobilier.

Les étudiants ne sont pas les seuls occupants d’un logement en colocation. Elle attire également des salariés ou des personnes âgées qui cherchent de la compagnie. Les étudiants représentent 46 % des colocataires et 44 % sont des salariés selon le baromètre de la colocation du site Appartager (statistiques au premier trimestre 2018).

Colocation : Rentable pour le colocataire

La colocation est plus intéressante qu’une location seule. Non seulement parce qu’économiquement c’est moins cher, mais aussi parce qu’en terme de superficie c’est beaucoup plus spacieux.

Pour exemple, un studio de 20 m2 est loué en moyenne à 500 € en location seule à Bordeaux. Contre environ 380 € une chambre de 12 m2 dans un.e appartement/maison T3, T4, T5…

Cela permet ainsi de profiter d’un espace plus grand pour un loyer moins élevé au m2.

Rentable pour le bailleur

La colocation est un excellent investissement pour le bailleur car il permet de multiplier les loyers. Admettons que vous possédez un appartement avec 3 chambres, et que vous le louez 700 €/ mois. En colocation, vous pourriez louer 400 €/chambre. Soit un loyer mensuel de 1 200 €/mois. Un gain financier de 500 € de plus tous les mois, soit, 6 000 € en plus sur un an.

Une colocation permet de réduire le risque d’impayé. En effet, il n’y a pas qu’une seule personne qui supporte le loyer. Même si un impayé se présentait, ça ne serait pas sur le loyer total.

Louer son logement en colocation implique de fournir des meubles et du matériel pour y vivre. Ainsi, vous devez donc louer meublé.

Déclarer ses revenus sous le statut de LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel) est donc plus avantageux car il vous permet de défiscaliser. En plaçant vos loyers dans la catégorie des “revenus BIC”, on applique le régime du “micro-BIC”. Si vous ne dépassez pas les 170 000 € de chiffre d’affaires à l’année, vous bénéficier d’un abattement forfaitaire de 50 %. Pour en savoir plus sur le statut de LMNP, lisez notre article sur la location vide vs. meublée.

N’hésitez pas à commenter cet article ou à nous poser vos questions ⬇️⬇️⬇️