Parmi les prêts qu’il existe, on trouve le prêt personnel hypothécaire. Il porte sur un bien immobilier dont l’emprunteur est propriétaire (que ce soit le bien acquis grâce au prêt en question ou un autre bien).

Définition du prêt hypothécaire

Peut importe la nature de votre projet, la souscription d’un prêt personnel vous permet de le financer. Vous pouvez acheter une voiture, faire des travaux dans une maison ou acheter un nouveau bien immobilier.

Le prêt est accordé en échange d’une garantie : la mise en hypothèque du bien immobilier de l’emprunteur. Il permet à la banque de se protéger contre d’éventuels impayés de vos échéances. L’hypothèque peut être portée sur le bien que vous souhaitez acheter ou sur un bien immobilier que vous possédez déjà.
Ainsi, en cas de défaut de paiement, la banque peut saisir et vendre le bien hypothéqué afin de se rembourser.

Fonctionnement du prêt hypothécaire

Comme pour un prêt classique, on établit un montant, une durée et un échéancier.

Un prêt hypothécaire peut être à taux fixe ou variable.

La durée d’un prêt hypothécaire varie entre 20 et 30 ans. L’ ’emprunteur devra régler la dernière mensualité avant ses 90 ans.

Si vous vendez le bien hypothéqué, vous pouvez solder le crédit par anticipation ou bien transférer l’hypothèque sur un autre bien immobilier.

Une fois le prêt hypothécaire remboursé en totalité, il suffit d’effectuer une mainlevée sur le bien pour mettre fin à l’hypothèque. Elle est payante et représente entre 0,7 & 0,8 % du montant emprunté.

Montant accordé

Le montant accordé est proportionnel à la valeur nette du bien hypothéqué, déterminée par une expertise immobilière. En général, le montant du crédit varie entre 50 et 80 % de la valeur nette du bien hypothéqué.

Le coût d’une hypothèque

Le prêt hypothécaire a un coût. En effet, plusieurs dépenses sont à prévoir :

  • Les émoluments du notaire : il rédige les actes authentiques relatifs à l’achat, la vente et à l’hypothèque d’un bien. Ses honoraires sont donc à prendre en compte dans le coût total de l’achat du bien ;
  • La contribution de sécurité immobilière : est facturée au moment de l’enregistrement de l’hypothèque. C’est une taxe destinée à l’Etat. Elle représente 0,10 % du montant emprunté. Mais les banques la majorent de 20 % ;
  • La taxe de publicité foncière : 0,71 % du montant emprunté ;
  • La TVA de 20 %.

N’hésitez pas à commenter cet article ou à nous poser vos questions ⬇️⬇️⬇️