Le prêt in fine (signifiant “à la fin” en latin) permet d’optimiser les déductions fiscales. Notamment pour les personnes souhaitant faire de l’investissement locatif ou pour acquérir une résidence secondaire.

Principe du prêt in fine

Le prêt in fine se différencie du prêt amortissable, car le remboursement se passe en 2 temps :

  • Pendant la durée de l’emprunt : vous ne remboursez mensuellement que les intérêts et l’assurance ;
  • A l’échéance de l’emprunt, : vous remboursez en une seule fois le capital.

La durée de ce prêt varie entre 3 ans au minimum et 15 ans au maximum. Quant au montant, il est de minimum de 21 500 € mais il n’y a pas de maximum.

Le prêt in fine s’adresse surtout aux personnes ayant un taux d’imposition supérieur à 40 %. Il est à éviter pour le financement d’une première résidence principale.

Conditions de souscription

Pour accéder à ce type de prêt, l’établissement prêteur a besoin de plus de garanties. Ainsi, il faut un apport d’au moins 10 à 50 % de la somme prêtée.

Garantir le prêt in fine

Plusieurs solutions s’offre à vous pour garantir votre prêt :

  • Un placement unique : on place la totalité de la somme empruntée sur un compte épargne ;
  • Un placement partiel : un apport conséquent est placé sur un compte épargne, puis complété par des mensualités ;
  • Un placement réguliers : le remboursement du prêt se fait grâce aux revenus générés par l’investissement locatif, qu’on place sur un produit financier.

Pour en savoir plus sur les garanties de prêt immobilier, rendez-vous sur notre article dédié.

Avantages

Même si les intérêts payés sont plus élevés que pour un prêt amortissable, notez qu’ils sont déductibles de vos revenus. De cette façon, vous pouvez faire des économies d’impôt.

Aussi, si l’emprunteur souscrit une assurance-vie et qu’il décède, ses héritiers bénéficieront du bien immobilier.

Enfin, plus le montant des intérêts est important, plus l’opération est rentable au niveau fiscal :

  • Avec un prêt amortissable classique : le montant des intérêts diminue à chaque échéance. On le calcule sur le capital restant dû, diminuant à chaque échéance.
  • Avec un prêt in fine : le montant des intérêts est plus important car le capital reste le même jusqu’au terme du crédit.

N’hésitez pas à commenter cet article ou à nous poser vos questions ⬇️⬇️⬇️